3 expressions espagnoles qui ne se traduisent tout simplement pas en anglais

3 expressions espagnoles qui ne se traduisent tout simplement pas en anglais

Il y a certains sentiments bien mieux capturés par des mots qui n'existent pas en anglais. Schadenfreude, un terme allemand pour le plaisir pris dans le malheur de quelqu'un d'autre, peut être le plus connu de ceux-ci. Il existe toutes sortes de listes compilant de tels mots et phrases, y compris ici à Matador.

Mes hôtes Couch à Istanbul m'ont enseigné un merveilleux exemple de cela; tout le principe de «la séparation de l’Église et de l’État» est donné en turc par le mot laiklik. C'est évidemment beaucoup plus élégant et efficace dans leur langue. Mais je ne parle pas le turc, ni aucune des langues mentionnées sur la plupart de ces listes - aussi amusant que cela soit d'entendre parler de tels mots, je ne peux pas vraiment apprécier comment ils s'intègrent dans leur langue sans plus de connaissances de base.

Cependant, je parle espagnol et je suis tombé sur quelques mots et conventions qui remplissent tellement mieux leur rôle que leurs homologues anglais. Je les apprécie d’autant plus que je les ai découverts moi-même. Parfois, je les glisse accidentellement dans une conversation avec des amis anglophones, simplement parce qu’ils vont tellement mieux.

Aprovechar

Aprovechar est un verbe généralement traduit par «profiter de». Cela seul le rend meilleur - l'espagnol accomplit en un mot ce qui prend l'anglais quatre. Mais c’est bien plus que cela. Il porte également les significations «exploiter», «exploiter», «bénéficier» et «saisir». Pour moi, c'est tout le sentiment exprimé dans «Carpe Diem» enveloppé dans un verbe normal que vous pouvez utiliser dans des situations de tous les jours.

Lorsque vous aprovechar quelque chose, vous n'en tirez pas simplement le meilleur parti - vous prenez chaque seconde comme si c'était la dernière, vous l'attrapez par les cornes et vous la luttez au sol, vous la laissez sans aucun regret. Il est tellement plus puissant et comporte également une délicieuse séquence de mouvements des lèvres lorsque vous passez du PR au V au CH.

Les hispanophones aiment aussi dire aproveche plus comme bon appétit avant un repas, ce qui ne fait qu'augmenter sa puissance. Vous avez peut-être «apprécié» vos repas, mais en avez-vous déjà «profité»? Il confère un tout nouveau niveau de plaisir et me fait toujours mâcher avec plus d'entrain. Mes colocataires catalans l’utilisaient pour se moquer de mes dîners de pâtes de taille américaine qui étaient si grands que je devais utiliser le plus grand pot de notre appartement comme bol. Je ris et je dévore le tout sans faute, ce qui ne fait que les inciter davantage: j'avais sûrement tiré le meilleur parti de mes pâtes.

Tener ganas

Une autre phrase plus puissante en espagnol est tener ganas, qui, lorsqu'il est branché sur le traducteur, apparaît simplement comme «vouloir». Encore une fois, c’est bien plus que cela. Tener est «avoir» - tener ganas ressemble plus à «avoir le désir», ce qui est beaucoup plus difficile à manier et moins satisfaisant.

L'anglais se rapproche un peu plus du bon sentiment avec la phrase "Vous devez le vouloir", qui est assez succinct Foins que tener ganas en español. Chaque fois que j'entends cela, j'imagine toujours un vieux Latino vigoureux secouant son bras droit devant lui avec les doigts à moitié serrés dans une griffe d'avertissement reproche.

C’est une bonne sagesse avec tout ce que vous faites dans la vie. Vous devez le vouloir - sinon, pourquoi le faites-vous? Ce même geste de la main est souvent utilisé pour accompagner le mot cojones, ce qui signifie que la phrase est à jamais associée aux testicules, ce qui ne fait que promouvoir le récit, car maintenant vous devez avoir des couilles pour faire tout ce que vous faites.

j'utiliserais ganas pour expliquer à mes hôtes espagnols en voyage pourquoi je pouvais découvrir tant de leurs villes en si peu de temps, car je voyais invariablement des choses qu'ils n'avaient même pas encore eu l'occasion de visiter. C'était le mot parfait pour résumer la force de la volonté d'un voyageur de profiter au maximum de son temps limité dans un nouvel endroit - avec ganas, vous pouvez faire bien plus.

El de la vergüenza

Pendant mon séjour à Barcelone, j'ai convaincu une de mes amies catalanes de m'accueillir dans la maison de ses parents pendant que je cherchais un appartement. Je ne savais pas que la nuit où j'avais besoin d'un lit était le jour où toute sa famille élargie était venue dîner.

J'étais déjà gêné que ma présence les oblige à parler Castellano (Espagnol) plutôt que catalan, mais ce soir-là, j'ai été présenté à une situation de dîner encore plus gênante. Nous, les anglophones, sommes familiers avec ce moment délicat où il ne reste qu’un seul morceau de nourriture savoureuse au milieu de la table et que tout le monde est assis là à essayer de trouver un moyen de l’attraper sans paraître égoïste.

Pourtant, nous n'avons pas de mot spécial pour ce morceau spécial comme le font les Espagnols - c'est el de la Vergüenza (le morceau de honte), un nom si puissant qu'il me fait craindre que ma réplique ne soit honteuse pour les générations à venir si j'ose la saisir.

Inutile de dire que j'étais pétrifié pour attraper le dernier des savoureux Turrónes (confiseries à base d'amande) que nous avons grignotées après le plat principal. Mes hôtes aimables ont fini par le jeter sur mes genoux, avec de nombreux cris de Aproveche! Disons simplement que j'ai vraiment profité de ce petit bonbon en particulier.


Voir la vidéo: Apprendre des phrases espagnoles - niveau intermédiaire! Les mots, phrases et grammaire -rapidement!