10 choses que le barman vous apprend sur les gens

10 choses que le barman vous apprend sur les gens

1. Nous allons tout dire aux étrangers.

Vous vous sentirez souvent pris au piège. Au travail, vous vivez dans un espace de 20 pieds de long - il n'y a nulle part où se cacher.

À moins d'être critiqué, vous n'aurez d'autre choix que d'écouter la trame de fond de chaque client, souvent de sa naissance à sa présentation, et de proposer les commentaires appropriés aux endroits appropriés.

Lorsqu'un homme de 47 ans vous demande de lire (tous) les SMS de son ex et de déchiffrer de manière complexe ce que chacun traduit par un discours de fille, vous devez le faire. Et comme cet homme est probablement un habitué et que vous avez vu sa relation s'effondrer devant vous au cours de la dernière année de toute façon, vous serez probablement en mesure de le faire assez précisément.

Lorsqu'un hipster qui allaite son livre PBR vous raconte avec flamboyance l'époque, dans les années 90, où le colocataire de son meilleur ami a vu Neutral Milk Hotel, vous devrez en fait le reconnaître. Et ce sera difficile.

Les femmes au foyer défileront lors de la soirée de leurs filles à la recherche d'un martini à la lime et d'une personne à qui se défouler. Les dateurs en ligne s'asseoiront maladroitement avec un œil sur la porte, à la recherche d'une personne qu'ils n'ont rencontrée que dans un pays invisible.

Vous rencontrerez un grand nombre de personnages et écouterez (ou entendrez) un million d'histoires. Il n'y a nulle part où courir, alors vous jouerez aussi un personnage à votre tour.

2. Nous voulons devenir personnels.

À chaque quart de travail, un interchangeable hors de la tour vous demandera d'où vous venez. Vous les impressionnerez en répondant que vous venez d’une «petite ville du Maine» et que «sur la rivière Penobscot», à seulement «deux heures au nord d’ici».

Leur tête s'incline légèrement sur le côté alors que leurs épaules tombent doucement. À leurs yeux, votre réponse vous a ratatiné en une frêle paysanne qui a grandi en trayant une chèvre pour son dîner.

Vous penseriez que votre révélation soudaine de votre éducation pittoresque dans le centre du Maine vous garantirait un peu plus sur le pourboire. Mais vous ne faites que rêver - c'est 15% au total.

3. Nous voulons tous un traitement spécial.

Tout le monde pense qu’il fait exception à la règle. "Il est juste 18 h 15, ne pouvons-nous pas avoir un happy hour?" "Le troisième verre est sur la maison, non?" Non. "Allez, je viens de laisser ma carte d'identité dans la voiture." Absolument pas, gamin.

C'est une entreprise. Assez dit.

4. Nous ne voulons jamais être des touristes.

Au moins une fois par quart de travail, vous aurez un hors de la tour penché au-dessus du bar avec une manière silencieuse à leur sujet. Sous leur souffle, ils vous demanderont: «Alors, où vont les habitants?»

Tu pourrais penser, À mon lit. À 2h du matin. Après avoir mangé un plateau entier de nachos.

Mais à la place, vous dresserez une liste de points d'accès locaux. Les mêmes que vous avez rapportés hier à ce couple de l'Ohio.

Mais vous pourriez, juste pour faire bouger les choses, jeter dans cette taverne sur Commercial, où votre oncle Steve est assis en buvant beaucoup de Bud depuis 1981, c'est une soirée karaoké tous les soirs, et l'endroit est éclairé par une seule ampoule.

5. Nous avons peur d'essayer de nouvelles choses.

"Comment sont les Fish and Chips?!" ils demanderont comme s’ils venaient de trouver un rubis caché dans le menu. C’est du poisson frit, les gens. Avec des frites. Cela ne peut pas être vraiment mauvais. Mais sérieusement, nous avons des côtes levées de barbecue incrustées de kimchi et de pacanes sur notre menu, et vous voulez de la goberge?

6. Nous recherchons tous une évasion.

Ce ne sera pas aussi évident dans ce que les gens vous diront que dans la quantité qu’ils boiront devant vous. «Je vais juste en avoir un», dit le couvreur qui vient de quitter le travail. «J'ai de la merde à faire demain.»

Sept bières plus tard, il est resté une heure après la fermeture et je connais maintenant le nom et le type de corps de chaque date de bal qu’il a eue au lycée.

7. Nous voulons être servis.

C'est dans le mouvement du poignet, le robinet du verre, le regard abasourdi quand vous leur dites que nous n'avons pas le Zinfandel blanc. Nous allons dans les restaurants pour être servis. Où tout est pris en charge.

Le samedi soir, nous visitons un petit paradis personnel, où une fée nous fournit de l'argenterie après chaque bouchée, tout le monde se moque de nos blagues, et l'obscur bourbon que nous lisons sur Internet coule librement et tout le monde est impressionné lorsque nous le commandons. .

8. Nous voulons juste vérifier.

Nous ne voulons pas toujours être sociaux. Parfois, nous voulons nous asseoir au bout d'un bar, jouer à Words with Friends contre notre mère et boire un verre de Pinot Grigio seul. Ce n’est pas trop demander.

En fait, en tant que barman, vous accueillerez ces personnages. Celles où ça leur fait mal de vous dire même ce qu’elles boivent. Parce que souvent, cela vous fait mal de demander. Votre travail est hyper-social, et chaque moment où vous n’avez pas à entretenir l’histoire de quelqu'un vous donne un souffle à vous tout seul.

9. Les mathématiques sont difficiles pour nous.

«Pauvre fille! Vous vous cassez le cul pour ces gens », pourrait vous dire une femme en levant les yeux de son Coors Light. Tu pourrais penser, Doux! Quelqu'un reconnaît à quel point je travaille dur. Ce que vous ne savez pas, c'est que ce petit commentaire juste là, c'était votre conseil. C'était verbal. Ça faisait du bien, non? C’est tout ce dont vous avez besoin.

Pendant que vous mélangez quatre verres à la fois, à quelques centimètres de l'endroit où ils sont assis, à portée de voix, cette même femme pourrait montrer son chèque de 70 dollars à son mari et lui demander des conseils rapides en mathématiques. Et il pourrait lui répondre «Huit cinquante». Il faudra peut-être toute la volonté dont vous avez fait preuve pour ne pas poser les deux shakers dans chacune de vos mains et demander: «Montre-moi ton travail. Comment avez-vous fait ce calcul? »

Vous devrez vous y habituer, cela arrivera souvent. Ces personnes pourraient même devenir des habitués.

10. Nous sommes tous des gens sympathiques.

Nous allons nous asseoir dans un bar parce que nous voulons nous détendre, côtoyer des visages familiers et échapper à la routine. Ça fait du bien d'avoir quelqu'un pour vous servir comme d'habitude et c'est bon d'être accueilli par son nom. En tant que barman, vous apprenez l'importance de ces petits conforts et cela vous fait plaisir de les offrir à vos clients.

Il y aura des moments où vous voudrez peut-être casser une bouteille sur le comptoir et menacer quelqu'un avec, mais la plupart du temps, votre travail est léger. Les gens reviennent vous voir parce que vous êtes amusant, vous les faites rire et ils aiment vraiment votre compagnie. Les gens sont bons et, pour la plupart, ils vous traiteront correctement.

Et lorsque vous aurez la chance de vous asseoir du côté opposé, vous traiterez également votre barman correctement.


Voir la vidéo: 38 trucs cools à APPRENDRE chez soi!